Laurence de Marliave: artiste incarnant tradition et modernité
04/07/2018

Voilà la deuxième édition de The Exceptionnel Rendez-Vous, nous avons rencontré notre partenaire pétillante et créative : Laurence de Marliave. Peintre brillante et professeur de talent, elle a d’abord étudié à l’école Penninghen d’art graphique pour ensuite entrer aux Beaux-Arts de Paris.

Nous avons eu la chance de pouvoir rencontrer Laurence lors d’un entretien exclusif.

 

 

Quel est votre processus de création ?

Je dessine et je peins tous les jours, comme un pianiste travaille son doigté et son oreille. Quand je marche dans la rue ou bien quand je prends le métro, j’essaie d’imaginer comment je pourrai dessiner les personnes et les choses qui m’entourent.

Je donne une grande importance au travail en direct, sans le prisme de la photo. L’artiste doit pouvoir dessiner sans un support photographique. Tout le monde fait cela, mais je crois pertinemment que cette façon de travailler fige les choses. Il nous faut retrouver le contact direct avec le sujet et l’objet pour restituer des émotions et des sensations authentiques. Ce n’est pas un retour en arrière, je pense qu’il est plus intéressant d’emmagasiner les sensations dans sa mémoire que de s’aider d’une photo.

Dans la majorité de mon travail pictural, quelques caractéristiques se dégagent. Tout d’abord, je donne une grande importance à la structure. Devant une toile blanche, j’adore organiser l’espace. Je suis passionnée d’architecture. Je me pose souvent cette question : comment puis-je représenter une structure en trois dimensions sur une surface plane ? C’est plutôt un défi.

J’apprécie beaucoup le jeu des couleurs, le clair-obscur est souvent présent dans mes œuvres. Je donne aussi de plus en plus d’intérêt aux couleurs, car finalement ce sont les couleurs qui créer cette lumière et qui permettent de rendre l’œuvre vivante.

Capture d’écran 2018-07-04 à 10.32.51

Avez-vous été influencée par un artistes phare de l’histoire de l’art?

Oui, j’ai en effet été influencée par de grands maîtres de l’histoire de l’art et plus spécialement par les hollandais du XVIIe siècle. J’apprécie particulièrement les intérieurs calmes et la présence des fenêtres qui donnent un aspect lumineux aux œuvres de Vermeer. Mon œuvre préférée est le Géographe, ce personnage qui est en train de regarder une mappemonde. Il est debout à l’intérieur d’une pièce, probablement en Hollande, et rêve surement au voyage.

 

Pourquoi le voyagez-vous autant ?

Cette fois ci, j’ai été influencée par Delacroix et ses carnets de croquis. J’ai eu l’opportunité de voyager un peu partout dans le monde. Cette année, j’ai pu aller en Chine, en Italie, en Grèce, en Russie et en Iran.

Le travail du carnet de voyage consiste à saisir les impressions du moment. C’est aussi une occasion de rencontrer l’autre puisque l’art est un langage universel.

A partir du moment où vous faites un carnet de croquis, vous êtes sur un place au fin fond de l’Inde en train de dessiner, les enfants s’approchent, puis les mères de famille qui cherchent leurs enfants, puis tout le village vient autour de vous. Finalement, même si l’on ne partage pas la langue, l’art est un remarquable moyen de communiquer.

Capture d’écran 2018-07-04 à 10.30.10

Vous semblez passer votre temps à dessiner et à voyager, votre vie doit être palpitante ?

On a souvent cette image d’Epinal de l’artiste seul dans son atelier, en train de chercher l’inspiration. Je pense que l’art est d’abord un moyen d’expression et de communication. C’est pour cela que j’enseigne l’art depuis maintenant plus de trente ans. J’essaie de transmettre à mes élèves ma passion. A l’atelier de l’Étoile, il y a entre soixante-dix et quatre-vingt-dix apprentis artistes qui viennent chaque année. Pour eux, l’art est un moyen de s’évader du quotidien. Quand on peint on est comme dans une bulle, on oublie nos soucis et on se concentre sur notre toile. Ils prennent alors le temps de respirer et d’être créatifs.

Capture d’écran 2018-07-04 à 10.31.47

Comment décrieriez-vous votre travail ?

Mon travail ? Je ne dirai pas que c’est un travail, je dirai que c’est un labeur. C’est dur, je dois sans cesse trouver l’inspiration. C’est un long travail de persévérance. Cela demande autant d’effort intellectuels que d’effort physique. C’est aussi un travail en dehors du temps, on ne voit pas le temps passer quand on peint. Cela demande un vrai engagement, je crois vraiment que c’est une vocation.

J’ai l’impression qu’en France, les gens sont obsédés par l’art conceptuel. Je pense que c’est dommage que ce soit autant exploité alors qu’il y a tant d’autres domaines qui attendent d’être explorés. Pour se rendre compte de cela, je pense qu’on a besoin de voyager, de voir ce qui se fait à l’étranger : s’ouvrir l’esprit devient vital.

Je pense que je m’inscris à la fois dans la tradition de l’histoire de l’art mais aussi dans la modernité. Mon but n’est pas de choquer, il est de transmettre la beauté et l’émotion.

Artluxury, dans des prestations exclusives, vous donne la chance de rencontrer un authentique artiste français. Vous avez toujours rêvé de capturer Paris ? ArtLuxury vous donne cette occasion : capturer Paris…sur une toile blanche !

Voici notre selection d’expériences:

A la rencontre d’un peintre parisien: la peintre Laurence de Marliave  vous ouvre les portes de son univers d’artiste.

Become an artist: entrez dans l’univers d’une artiste en plein cœur de Paris, près de l’Etoile, en réalisant vous-mêmes, sous les conseils d’une artiste professionnelle votre propre œuvre.

Artiste en herbes au coeur de Paris: une approche ludique et pédagogique qui permettra aux enfants de repartir avec leurs toiles ou posters prêts à accrocher.

Pour participer à ces expériences inoubliables , contactez-nous !